Insights /

[FR] Comme des poissons dans nos propres bulles, un peu surréaliste à la belge ?

Mathieu Bonte

Author

Mathieu Bonte

Tags

Date

March 30, 2021

Dans l’ancien monde, lorsque l’on pouvait encore se côtoyer physiquement au travail, il arrivait déjà que l’on rencontre des problèmes de communication entre les collaborateurs. Aujourd’hui, ça a pris une toute autre dimension. En effet, les collaborateurs n’ont même plus l’occasion de ‘poser leur poisson sur la table’ (nous vous parlions d’ailleurs de ce concept dans un article précédent) pour régler leurs différends, trouver des solutions, jouer “cartes sur table” pour accroître la fluidité “communicationnelle” et l’efficacité professionnelle. La durée de la séparation physique n’arrange pas les choses…

Peu importe la taille et le type d’organisation, peu importe le modèle managérial, on se retrouve tous face à un challenge inévitable : celui de redorer l’esprit, l’âme de nos sociétés, départements, équipes, familles, en vue de retrouver un peu d’humanité, de sérénité, de fluidité, de compréhension mutuelle et aussi d’éviter les conséquences telles que le burnout, la dépression, le “pétage de plombs” que l’on connaît, de près ou de loin.

Les perspectives qui se dessinent devant nous sont, à l’heure de finaliser cet article, on ne peut plus incertaines et incontrôlables… mais je vous rassure, l’être humain dispose de capacités d’adaptation insoupçonnées, à condition de garder à l’esprit quelques éléments de guidance :

 

Ecoutez. 

Pas comme dans l’ancien monde. Passez à la vitesse supérieure. Ecoutez profondément et activement ce que vos collaborateurs vous disent, sur ou entre les lignes. Tentez de déconnecter de votre agenda toujours aussi «foufou» et investissez dans votre temps d’écoute en évitant de rester dans votre rythmique et dans votre prisme personnel. Au plus vous ferez abstraction de vos autres tâches et priorités du moment, au plus vous parviendrez à comprendre l’autre, et donc à avancer avec efficience et connexion (Petit flashback sur notre article à propos de l’écoute ici).

 

Déprismez-vous. 

Mes excuses pour le néologisme. En quelque sorte, il est extrêmement intéressant de conscientiser le fait que vous (tout comme moi, vos collègues, vos partenaires…) vivez dans votre prisme personnel, qui est lui même constitué de valeurs profondes, de valeurs éphémères, de croyances préconçues, de jugements et d’émotions. Je peux vous certifier qu’en étant simplement conscient de votre prisme, vous aurez ainsi la capacité à prendre un peu de recul, ou mieux encore, à voir plus large et plus loin, ne serait-ce que le temps d’une réunion ou d’un échange important avec un collègue ou partenaire. Le cadeau caché derrière cela ? La possibilité d’œuvrer pour un objectif plus vaste, plus durable et surtout menant à une solution plus impactante pour vous et votre organisation.

 

Faites confiance à votre intuition… 

Il y a encore quelques années, je n’étais pas conscient à quel point l’intuition pouvait être portante… à condition de la cultiver et de la respecter. Nos ressentis, même s’ils peuvent paraître subjectifs et dénués de racines, nous parviennent sans vraiment comprendre comment. Mais si vous êtes prêts à vous faire confiance, à vous et à votre intuition, alors il est fort probable que vous irez hors des sentiers battus et que vous prendrez certaines décisions et actions autrement.

 

… Et soyez créatifs là où vous ne pensiez jamais pouvoir l’être.

Soyez convaincus que derrière chaque problème se cache une solution. Il faut parfois creuser un peu plus loin, mais je vous l’assure, croyez en vous et en votre capacité à vous réinventer et à trouver des solutions créatives pour continuer d’avancer, de vous déployer, d’aller dans la direction de vos objectifs spécifiques et globaux.

 

Chérissez votre propre écologie.

Il n’a jamais été autant question de soi depuis quelques longs mois, alors si vous ne vous êtes pas encore souciés de votre propre écologie (en d’autres termes, vous! Vos désirs, vos attentes, votre équilibre, vos valeurs personnelles…), il vaut mieux tard que jamais. Marquez la pause et demandez-vous ce que vous souhaitez dans la vie privée et professionnelle, et comment les deux peuvent coexister avec le moins de “frottement” possible. Cette notion d’écologie peut paraître un peu « bateau », mais elle est belle et bien au centre de tout ce qui se passe chez vous et autour de vous.

 

Rapprochez vous de vos valeurs profondes.

Dans un monde de plus en plus complexe, il n’a jamais été aussi fondamental de bien se comprendre et de détecter quelles sont les réelles valeurs qui nous animent. Notre système de valeurs sera toujours là pour nous rappeler, consciemment ou inconsciemment, si ce que nous faisons, la manière dont nous nous comportons, est aligné avec nos valeurs authentiques et véritables.

 

Posez-vous les bonnes questions.

La distance physique n’étant certainement pas votre meilleure amie pour le moment, prenez toujours le temps de vous poser les bonnes questions face à un problème. Levez la tête du guidon et marquez la pause avant d’agir en mode « fast and furious ». Vous n’en sortirez que plus fort, plus efficace, plus aligné avec vous-même et non pas avec votre “réaction à chaud”.

 

Soignez votre feedback.

Le feedback était déjà au centre des préoccupations dans l’ancien monde, il l’est encore plus dans le nouveau monde ! Gardez à l’esprit qu’un bon feedback doit être centré sur les actes et non sur les acteurs. Il doit être effectué sans jugement, sans subjectivité, il doit être factuel et rationnel, authentique, constructif et utile. N’oubliez jamais de préciser votre deadline par rapport à ce feedback et le degré d’urgence.

Alors, si vous en êtes arrivés à ce niveau de lecture, c’est que vous avez probablement un certain intérêt autour de cette thématique. Prenez le temps de prendre le temps, marquez la pause, et réfléchissez plus loin que votre prochaine visio !

 

Auteur : Mathieu Bonte

Subscribe to our newsletter